jeudi 5 février 2015

Inventaire illustré des insectes

Nous sommes nombreux à présenter aux bambins au cour de leur petite enfance des imagiers. Une chose, un animal et son nom dessous. Quand les bouts de chou ont la chance d'être élevés avec un soupçon de pédagogie Montessori, ils bénéficient aussi des cartes de nomenclature (une image en noir et blanc avec une partie colorée rouge et son nom dessous, carte et nom associé, carte et nom à associer). Ainsi un insecte est présenté puis sa morphologie principale, un caractère par carte (les ailes, le thorax, les yeux, l'abdomen, les pattes). J'aurais adoré être élevée comme cela. Gamine, j'ai aimé tous les livres sur la nature, de photos, de croquis, de description.

 © Virginie ALADJIDI et Emmanuelle TCHOUKRIEL/ Albin Michel

Avec "Inventaire illustré des insectes" de Virginie ALADJIDI et illustré par Emmanuel TCHOUKRIEL, ce sont mes rêves d'enfant qui s'exaucent. Ce documentaire a un parti-pris permettant de présenter au mieux les insectes et leur taille réelle. Alors pour les plus jeunes, un imagier aux magnifiques illustrations s'ouvre page par page.


Je ne suis pas étonnée que l'illustratrice ai travaillé sur un imagier Montessori (en suivant le lien vous tomberez sur un billet de l'auteur avec un bonus le tutoriel de la boite de rangement).

© Virginie ALADJIDI et Emmanuelle TCHOUKRIEL/ Albin Michel

Mais ce n'est pas tout. Les aquarelles sont servies avec un discours extrêmement intelligent: une petite description souvent anecdotique et un fond scientifique. Parce que là est le bonheur. Au fil des lectures de cet imagier extraordinaire, ce sont les classifications animales, le jargon, la situation et les noms latins qui apparaissent. L'enfant auditeur ou le jeune lecteur découvrira les points communs, puis distinguera les catégories avec beaucoup plus de plaisir.
Au tout début, la morphologie de l'insecte est présentée et oui, ils ont des yeux (souvent beaucoup) mais aussi des oreilles ou presque, le plus souvent des tympans et pas forcément sur la tête. Le cycle de la vie si spécifique des insectes et la classification apportent des voies pour aller plus loin.

© Virginie ALADJIDI et Emmanuelle TCHOUKRIEL/ Albin Michel

Puis défilent les coléoptères, la cétoine dorée, le goliath géant (vraiment géant), le si long rostre du charançon des noisettes femelle. Les lépidoptères avec leurs superbes ailes à écailles dont le sphinx à tête de mort amateur de miel. Les diptères avec ceux que nous aimons moins: moustiques et mouches. Les hyménoptères sociables pour certaines (fourmis, abeilles). Les odonates demoiselles ou non. Et nous découvrons d'autres que nous ne savions pas tellement classer: les isoptères (termites), les hétéroptères (punaises), les blattes, les poux, les cigales, les perce-oreilles, les criquets, phasmes ou mante-religieuse...
Encore une proposition que nous adorons, mon petit entomologiste et moi.

© Virginie ALADJIDI et Emmanuelle TCHOUKRIEL/ Albin Michel

Comme toujours, le duo apporte un documentaire de qualité première. Nous avons les fruits et légumes, les monuments, la mer et les animaux... Les deux derniers sont en version souple à prix réduit et avec stickers...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire