samedi 30 octobre 2010

Mine de rien

J'ai pris quelques exemplaires de la collection "Mine de rien" pour enfants de Catherine DOLTO. Je les trouve très bien écrits, avec des mots justes, des explications claires et pas de mièvrerie. Le sujet (ce qui se passe autour des enfants ou en eux) est traité et cela laisse cette impression de respect complet.

© Catherine DOLTO, Colline FAURE-POIREE et Frédérck MANSOT/ Gallimard jeunesse

J'ai trouvé mon compte pour des concepts qui sont difficiles à amener aux plus petits... dès 18 mois. Tous ceux-ci sont écrits par Catherine DOLTO et Colline FAURE-POIREE et illustrés par Frédérck MANSOT.

"Les mamans" et "Les papas" sont très accessibles. Ils reprennent ce qu'est ce parent pour l'enfant. Il est aussi question de conception, d'amour partagé pour avoir l'enfant à qui l'on lit l'histoire. C'est aussi l'enfant qui se développe, l'image de soi qui grandit grâce à l'imitation du parent et cet amour de l'autre (complexe d'Oedipe ou d'Electre). Les parents sont aussi réinstallés dans leur fonction de soutien, de premiers délimiteurs des dangers.

© Catherine DOLTO, Colline FAURE-POIREE et Frédérck MANSOT/ Gallimard jeunesse

"Quelquefois on tente une aventure qui tourne en bêtise et notre maman nous console." (pas de répression ni de punition, du soutien, de l'écoute, c'est aussi cela entre les lignes... une philosophie du respect que l'on retrouve en haptonomie... je vous en parlais là entre autre.)
Et, ce qui n'est pas négligeable, il est question du nom de famille dans l'état civile © Catherine DOLTO, Colline FAURE-POIREE et Frédérck MANSOT/ Gallimard jeunesse

et des familles recomposées.

"Les colères" a été un livre très utile chez nous. Il met l'accent sur une personnification de la colère et cela marche bien.

© Catherine DOLTO, Colline FAURE-POIREE et Frédérck MANSOT/ Gallimard jeunesse

« Mine de rien, comprendre pourquoi on fait une grosse colère ça nous aide à grandir » Ce livre reprend les sensations de la colère, aide l’enfant à l’imaginer : un gorille fort et puissant pour un petit garçon, une tigresse pour une petite fille. Il indique aussi les bénéfices d’un contrôle de la colère, savoir quand elle arrive, quand elle part ou comment l’aider à partir et aussi qu’il ne faut pas se sentir coupable.

© Catherine DOLTO, Colline FAURE-POIREE et Frédérck MANSOT/ Gallimard jeunesse

Une vraie merveille !
Pour tout vous dire ma colère est encore un Tyrannosaure (oui, oui le dinosaure féroce et sanguinaire), celle du papa, un ours…

"Ça fait mal la violence" reprend toutes les formes de violences affectives, physiques, orales. Ces démonstrations qui font peur, ces actes non prémédités des enfants. Mais c'est aussi la violence en nous du refus, du non exprimé par les parents. La violence autour de nous, faite aux animaux aussi.
© Catherine DOLTO, Colline FAURE-POIREE et Frédérck MANSOT/ Gallimard jeunesse

Et j'aime particulièrement cette notion de violence dans la chatouille avant qu'elle puisse être reproduite par l'enfant.

"Respecte mon corps". Il s’agit là de pudeur et d'attouchements… pour que l’enfant puisse lui-même savoir ce que respect du corps veut dire. Le corps dans son intégrité et son intimité, la toilette, la proximité. © Catherine DOLTO, Colline FAURE-POIREE et Frédérck MANSOT/ Gallimard jeunesse

Oui, il y est question de pédophilie et d’inceste avec des mots justes aussi. Les mots sont là pour prévenir, mettre en garde sans apeurer.© Catherine DOLTO, Colline FAURE-POIREE et Frédérck MANSOT/ Gallimard jeunesse

C'est aussi une reprise du corps dans la famille entre lutte fraternelle et gros câlins réconfortants des personnes que l'on aime.
A ne pas manquer !

Je ne peux que vous recommander de regarder de plus près toute la collection "Mine de rien": "Dire non", "Les câlins" (de pieds, de mains...), "Les chagrins", "J'ai deux pays dans mon cœur", "Les gros mots", "Les doudous", "Si on parlait de la mort".. ; de plus, les illustrations sont colorées et très belles.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire