samedi 9 août 2014

Émile (- fait un cauchemar, - et les autres)

Je ne vous ai pas encore parlé d’Émile? Vous ne le connaissez pas? Mais si, mais si. Ce garçonnet toujours bougon et solitaire dont on suit les aventures avec délectation, création double sortie de l'imaginaire de Vincent CUVELLIER et de la plume colorée de Ronan BADEL à qui l'on doit le visuel d'un autre garnement, Félicien Moutarde. Bon je vous présente ici les tomes 7 et 8 mais pas d'inquiétude, chaque album est indépendant et vous comprendrez très vite à qui vous avez affaire.

© Vincent CUVELLIER et Ronan BADEL/ Gallimard jeunesse

"Émile fait un cauchemar" nous amène aux moments cruciaux que sont le coucher et le lever. Un cauchemar l'a réveillé en sursaut. Un loup. Bien-sûr! Il mange les enfants comme chacun sait. Mais non, Émile ne veut pas avoir peur. Et puis de toute façon il n'a pas peur grâce à sa parade des doigts. Mais non ce ne sont pas les films d'horreur. Oh non pas une histoire pour enfant ce soir, pas Pinpin le lapin rose. Non!

© Vincent CUVELLIER et Ronan BADEL/ Gallimard jeunesse

"Émile et les autres" c'est une sacrée histoire! L'enfant est solitaire alors aller au parc voir les copains n'est pas une partie de plaisir. Pour sur: il n'a pas de copain. Il se plie de mauvaise humeur à la directive maternelle. Bon, les copains... s'en faire des copains. Enfin peut-être!

© Vincent CUVELLIER et Ronan BADEL/ Gallimard jeunesse

Chaque album vous présente le chenapan: il est frondeur, solitaire, très bien dans son monde et assez misanthrope pour son âge. Tout est présenté avec son regard et quand il n'a pas envie cela se voit.
Le cauchemar montre la sensibilité du petit homme et l'autre album sa complète différence.

© Vincent CUVELLIER et Ronan BADEL/ Gallimard jeunesse

Le texte est toujours court mais les albums sont fins sur ce garçon pas comme les autres.
J'étais tombée sous le charme avec les deux premiers tomes, excellents: "Émile veut une chauve-souris" et "Émile est invisible" montraient bien un univers de petit garçon sûr que son monde est la réalité. Jouissif!
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire