dimanche 12 décembre 2010

Thomas L'Aristoloche et l'affaire des bleus


J'ai commencé par le tome 3 de cette série fictive et botanique. Les livres peuvent se lire séparément m'a-t-on indiqué. C'est un peu vrai. Dans "Thomas L'Aristoloche et l'affaire des bleus" de Guillemette RESPLANDY-TAÏ et illustré par Clotilde PERRIN, nous suivons donc Thomas, un collégien, épris de botanique, qui va aider à solutionner des affaires. Ici des "attentats" artistiques ont eu lieu dans des musées français: à côté d'œuvres de peintres reconnus, des toiles bleues signées par le collectif CJAEM (Collectif de jeunes artistes encore méconnus). L'enquête est en cours et la police fait appel à un botaniste reconnu le Professeur Potard lui-même secondé par le jeune collégien et son meilleur ami Gaspard.

En effet, sur la toile rajoutée, le bleu vient d'un pigment naturel de moins en moins usité. Les enfants partent alors à la recherche des coupables et des informations sur toutes les couleurs naturelles utilisées pour pigmenter ou teindre. Les investigations les poussent à aller dans des jardins botaniques, aux musées mais aussi au match de foot, à la recherche d'une belle demoiselle Garance... une immersion artistique, botanique dans les couleurs, dans les utilisations prédéfinies. De la botanique à chaque coin de page mais pas trop sérieuse, si ce n'est le carnet botanique et l'herbier en fin d'histoire.
L'enquête amène vraiment dans l'univers d'un collégien malgré les apparences: les communications modernes, les dangers, les amitiés et amours.
Ainsi ce livre assume et réussit son pari de lier une histoire avec une documentation aboutie sur les plantes. Une écriture fluide, une belle immersion dans l'univers d'un petit futé. Et aussi des envies d'aller regarder les bleus de KLEIN ou "La danse inachevée" de MATISSE mais aussi Séraphine ou de lire les étiquettes sur les produits du supermarché avec tous ses E (colorants alimentaires, naturels ou artificiels). Le livre offre vraiment ce côté expert avec ce lexique botanique, cet herbier des plantes tinctoriales ou cette liste des colorants alimentaires ou encore les propositions de sorties ou de lectures sur le thème.
Et puis j'ai aimé ce début de réflexion sur ce qui est interdit, en art, comme ailleurs: un attentat artistique, un vandalisme, ou ce qui fait une ouvre d'art.

Quelques illustrations de Clotilde PERRIN ponctuent les chapitres et offre une dose d'humour, l'herbier lui est l'œuvre de Guillemette RESPLANDY-TAÏ, chercheuse en pharmacie et botanique.

J'adore les couleurs et j'ai une vraie admiration pour leur utilisation et leur symbole, c'est aussi pourquoi j'avais entamé par le tome 3! Si vous voulez devenir l'ami de Thomas l'Aristoloche et vous initier à la botanique de manière amusante, n'hésitez pas à suivre son blog avec de nombreuses devinettes de plantes, légumes etc...
Et si le sujet des couleurs naturelles vous intéresse je ne peux que vous convier à la lecture d'un livre pour adulte, sur l'origine des pigments et des teintures, leurs utilisations et les coutumes colorées des peuples avec « Couleurs, pigments et teintures dans les mains des peuples » de Anne VARICHON. Je reprends quelques impressions colorées dans ma catégorie "L'homme coloré.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire