samedi 17 août 2013

Collection de jardins peints

"A l'époque de [James] Cuninghame [au XVIIIe siècle], voyager en Chine était un peu plus facile pour les étrangers que cela ne devait le devenir plus tard: lors de sa première visite, il avait eu la bonne fortune de passer plusieurs mois dans le port d'Amoy. Là, il avait découvert que les peintres chinois étaient exceptionnellement doués pour la description réaliste des plantes, fleurs et arbres: une chance pour lui car, en ce temps-là, personne ne pouvait espérer rapporter par la mer de la Chine en Europe des spécimens vivants; l'ambition des collectionneurs était plutôt d'amasser des provisions de graines et d'assembler des "jardins secs". Auxquels Cuninghame avait ajouté un autre genre de collection, le "jardin peint": il était rentré en Angleterre avec plus de mille tableaux. Ces illustrations avaient suscité beaucoup d'admiration tout en soulevant une bonne dose de scepticisme - à des yeux habitués à la flore européenne, il avait paru plus plausible, sinon impossible, que des fleurs d'une si extravagante beauté puissent exister. Certains soutenaient que des fleurs peintes étaient l'équivalent botanique des phénix, licornes et autres créatures mythiques. Bien entendu, ils se trompaient: en temps voulu, le monde entier verrait que la collection de Cunighame avait contenu les images des plus célèbres fleurs que l'on recevrait de Chine - hortensias, chrysanthèmes, prunus, pivoines, les premières roses remontantes, l'iris panaché, d’innombrables gardénias, primevères, lys, hostas, glycines, asters et azalées."
(extrait de "Un fleuve de fumée", Amitav GHOSH)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire