dimanche 18 novembre 2012

Histoires comme ça

 © Rudyard KIPLING et Justine BRAX/ Milan Jeunesse

Adolescente, j'avais adoré lire et relire mon exemplaire d'"Histoires comme ça" de Rudyard KIPLING et traduit par Robert D'HUMIERES et Louis FABULET. L'imaginaire de KIPLING y est foisonnant et les histoire courtes me donnaient de l'évasion rapidement. Par contre, l'écriture y est très alambiquée. Je pensais qu'il s'agissait d'un trait du style de l'auteur anglais. Et c'est vrai qu'il était difficile de le proposer en lecture au lutin, j'avais essayé vers ses 4 ans, 5 ans et... 6 ans.
Mon petit folio avec sa couverture dessinée par Henri GALERON est toujours chéri avec ces dessins intérieurs de KIPLING lui-même. J'aimais (et aime toujours) les encarts concernant justement ces dessins. Je vous proposais un encart du "Papillon qui tapait du pied" là.

© Rudyard KIPLING et Henri GALERON/ Folio jeunesse

Je dois dire que là, j'ai été ravie d'avoir à disposition plus qu'une autre traduction mais bien une adaptation. C'est rare que je sois pour, je suis souvent très frustrée par la simplification mais l'adaptation d'Emmanuelle PINGAULT nous permet une lecture plus fluide et toujours avec les effets de style.

 © Rudyard KIPLING et Justine BRAX/ Milan Jeunesse

"Histoires comme ça" de Rudyard KIPLING et illustré par Justine BRAX est donc une très belle mise en bouche. Ces contes étiologiques proposent de considérer les caractéristiques de la faune avec exotisme et fantaisie.
Un enfant d’Éléphant un peu trop curieux, battu par ses proches, va découvrir que les réponses sont aussi douloureuses que les refus d'explications... ou comment avoir une trompe.
Un rhinocéros à la peau comme un imperméable découvre qu'elle peut devenir rugueuse, pleine de pli et surtout gratter, gratter, gratter.
Un chameau qui n'a pas de bosse... va boffer dur.

Les explications du pourquoi de la situation animale sont vraiment fabuleuses. Nous en redemandons. Une petite remise en situation des caractères mais aussi c'est une version de la faune toute particulière: comme une adoration mais aussi une supériorité assumée de l'homme sur elle... le rhinocéros ne respecte par le Parsi et se moque du fourneau (le feu étant vénéré par ces adeptes), le chameau ne veut pas donner sa part de travail à l'homme, comme s'il fallait être au service de l'homme.
Dans cette édition, le choix des contes mis en scène s'est focalisé sur les plus simples pour les enfants, en offrant aussi la poésie Si et une présentation de Mowgli, un des héros du "Livre de la jungle". Une vraie invitation au voyage.

 © Rudyard KIPLING et Justine BRAX/ Milan Jeunesse

Les illustrations de Justine BRAX sont très exotiques, les textures semblent se créer sous nos yeux avec ces motifs ou alphabets posés partout sur le végétal ou la fourrure ou peau animale. L'Inde transpire sous ses dessins, comme des kolams.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire