lundi 12 novembre 2012

L'art face à l'histoire


"L'art face à l'histoire, 50 événements racontés par les artistes" de Nicolas MARTIN et Eloi ROUSSEAU présente des événements marquants de l'Histoire internationale à l'aide d'un tableau. Ce ne sont pas forcément les points les plus fondamentaux qui sont mis en valeur, pas forcément non plus les tableaux les plus connus mais il offre aux regards 50 faits depuis la Révolution française. Des guerres (Corée, Vietnam), des révoltes et des personnages (Mao, Staline, Hitler, Kennedy, Marylin), des états totalitaires mais aussi la modernité, entre technicité et défis humains.
Dans ce livre, les artistes prennent position. "La peinture n'est pas faite pour décorer les appartements; c'est une arme offensive et défensive contre l’ennemi." Pablo PICASSO

J'aime beaucoup cette approche. Elle aurait pu se limiter à n'être qu'un événement présenté par un tableau, un peu comme dans nos livres d'histoire. Mais là, et c'est d'autant plus intéressant, le parti-pris de l'artiste est présenté. Il n'est pas tant question d'une exhaustivité de l'art face à l'histoire ou de l'histoire présentée par les artistes que de choix pertinent pour parler de l'histoire. A chaque fois, un retour sur un événement et ensuite les tableaux, la position de l'artiste dans son temps et ses choix graphiques: d'une glorification, d'une allégorie, d'un style, d'un réalisme. Ainsi ce sont des solutions de révolte picturales qui sont mises en avant.

La peinture d'histoire " ne se limite pas à la représentation d'événements contemporains, mais trouve aussi ses sujets dans l'histoire ancienne, la mythologie ou les scènes religieuses", où le regard critique n'existe pas. Puis, avec la Révolution française, les styles artistiques deviennent partisans même abstraits: "Même si la situation était en fait plus complexe, les formes géométriques permettent d'en donner une vision schématique et dépourvue de toute ambiguïté. Le message est clair: il faut choisir son camp!"

Nous retrouvons Guernica de PICASSO, où le cubisme "qui décompose la réalité en fragments vus sous différents angles" permet de rendre compte de la dislocation des corps, de la projection des murs et reste le symbole de toutes les guerres. Mais aussi:
Jacques Louis DAVID et la Révolution
Marc CHAGALL et la souffrance juive
Théodore GUERICAULT et son Radeau de la Méduse
Eugène DELACROIX et ses allégories de la liberté
Oskar KOKOSCHKA tentant de nous ouvrir les yeux sur l'expansion d'Hitler
Francisco de GOYA
Andy WARHOL et son approche de l'histoire comme de la consommation
JR et ses photographies d’Israéliens et de Palestiniens sur le mur de séparation
... et tant d'autres, avec un fin d'ouvrage les styles artistiques resitués.

La mort de Kennedy, Hiroshima, le 11 septembre, le coup d’État de Pinochet au Chili... les événements prennent une autre couleur, pour mieux nous questionner.
Une superbe proposition que ce livre, autant destiné aux enfants pour leur amener un esprit critique à toujours entraîner et encourager, qu'aux adultes pour nous confirmer que l'art est aussi un message

Livre lu dans le cadre de Masse Critique Babelio. Merci aux édition Palette!



Aucun commentaire:

Publier un commentaire