mercredi 2 mars 2016

"Regarde, je suis la Vénus de Corvino!" - La douleur porte un costume de plumes

"PAPA

[...]
Chaque fois que je m'installe pour me pencher sur mes notes, Corbeau apparaît dans mon bureau. [...] La plupart du temps il se contente de lire dans le fauteuil, en silence, avec sa respiration sifflante. Il feuillette des livres d'images et des recueils de poèmes, émet des soupirs et des bruits désapprobateurs. Il n'a pas le temps pour les romans. Quand il prend un livre d'histoire, c'est pour traiter les grands hommes de têtes de nœud ou blasphémer contre l’église. Il aime bien les mémoires et a été ravi de découvrir un ouvrage sur une Écossaise qui a adopté un choucas.

CORBEAU

Il était une fois un oiseau qui gardait les enfants, appelons-le Corbeau. Il avait lu trop de contes russes (le fainéant au feu, la Baba Yaga hurle, le bon prince gagne), mais était toutefois un assistant maternel homologué, fort admiré des parents londoniens, fort sollicité le vendredi soir. L’annonce qu'il avait laissée chez le marchand de journaux indiquait:

"Et la sieste n'est qu'un début!"
"
(extrait de "La douleur porte un costume de plumes" de Max PORTER, éditions du Seuil, dont je parle là; peinture de Jason Shawn ALEXANDER)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire