jeudi 7 juin 2012

Ce que mes yeux ont vu

 © Giovanna ZOBOLI et Guido SCARABOTTOLO/ Notari

"Ce que mes yeux ont vu , mon catalogue du monde" de Giovanna ZOBOLI et illustré par Guido SCARABOTTOLO est un magnifique catalogue illustré. Mais un catalogue particulier. Ici pas tant d'exhaustivité d'objets, de thématiques forcés. Il est question là d'impressions, de sensations, de situations improbables, de bizarreries. Peu de texte si ce n'est le titre de l'étagère imaginaire.
Ici la place est faite pour l'enfant, pour les pensées abstraites des "et si le monde...". Le catalogue est fait d'impressions visuelles sur ce qui ne peut être vu. " Le titre de l'original italien est "Choses que je ne vois pas par ma fenêtre": il parodie et fait allusion au thème classique donné à l'école pour faire écrire les petits enfants: "Ce que je vois par ma fenêtre"." (extrait des éditions Notari)

L'idée est belle mais c'est encore plus la poésie des propositions qui donne son cachet à l'album.

Une atmosphère des objets: démodés, oubliés, volés, inutilisables, de trop. Une profusion, une utilité limitée. Des chaises boiteuses où la logique se perd pour offrir une instabilité, une usure, une étrangeté. Des immeubles jamais construits offrent les détails d'une façade, l'humour d'un bonjour et une temporalité. Des objets oubliés cherchant à se faire retrouver.
D'autres pages offrent encore plus dans le sensitif, les émotions, les non-dits, les pas encore exprimables... des mots jamais prononcés, des cœurs instables mais aussi des pensées cachées où la pensée n'est que peu envisageable si ce n'est dans les improbables rencontres.

© Giovanna ZOBOLI et Guido SCARABOTTOLO/ Notari

Des relations étranges aussi où les hommes sont multiples mais interchangeables par manque de communication.
Une société bouleversée avec des routes, des ponts, des moyens de transports... abscons. Une idée aussi de la culture, des livres, des tableaux, des références...

Les illustrations de Guido SCARABOTTOLO apportent un visuel sans pour autant limiter l'imaginaire. Les images sont claires, limpides, repérables et laissent ainsi les "étiquettes" avec tout leur impact.

Merci aux éditions Notari pour cette lecture.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire