dimanche 13 juin 2010

La vie bercée

"La vie bercée" de Hélène DORION et illustré par Janice NADEAU est un livre riche. Un livre jeunesse pas forcément, un livre sur la jeunesse, un livre à offrir à un enfant qui en sort, à relire aussi quand nous attendons une autre vie à naître, pour se rappeler ce don de vie, ce don d'angoisses et de grands bonheurs.

© Hélène DORION et Janice NADEAU/Les 400 coups

Le texte emprunt de poésie n'est pas simple. Il demande un effort mais si vous le faites, l'enfance et l'adolescence, comme étapes, sont décrites dans ce qu'elles ont de majeures.
Il s'agit presque d'une lettre ouverte à tout enfant à naître, des mots pour réconforter, des mots pour expliquer l'indicible mystère des premières années, des mots pour prévenir les grandes peurs. Le texte s'adresse à lui et déroule le fil du temps qui là, avec l'aide de l'illustratrice, prend différents états: corde à linge où la layette sèche, vague de bercement, fil de laine, boule de neige et fil d'équilibriste.
"D'abord tes yeux s'ouvriront,
un visage s'approchera du tien,
amour et peur, pour la première fois..."
La naissance, cette première fois (et non la dernière) : "cela passera très vite, tu verras" laisse la place aux premières années floues, au bercement, à cet amour parental.
Hélène DORION propose un décryptage tendre, lucide et parfois cinglant des premières fois, amenant vers les désirs et ce que la vie en fait. Il est beau de s'imaginer être adulte avec une profession correspondant aux valeurs de cœur d'un enfant: docteur contre la douleur, avocate pour la justice et la vérité. Il est plus difficile de poser ses ambitions de vie pour aller de l'avant... dans la vraie vie, celle qui offre les merveilles mais aussi les désillusions.
Le petit enfant, dans la joie des premiers apprentissages, des jeux. © Hélène DORION et Janice NADEAU/Les 400 coups

Ce beau moment de la découverte de la lecture, aussi "Le petit prince". Cet émerveillement de la nature, ce goût de l'enfance pour le sport... et tout le développement physique et psychologique.© Hélène DORION et Janice NADEAU/Les 400 coups

Mais aussi les grandes angoisses, le corps qui change, les passions, l'amour comme des papillons (presque une référence à "Un million de papillons" de Edward VAN DE VENDEL).

"Puis la mer sera trop salée,
les vagues trop puissantes,
tu tourneras plus de sept fois
dans sa bouche, mais sur le rivage,
tu échoueras."
Et puis cette enfance, prise dans un généalogie, une enfance veut dire aussi des parents, une famille, des non-dits, des jalousies, de la solitude, du partage mais aussi des silences, des manques, des portes qui claquent, qui se ferment, de l'absence et de la distance... pour revenir.

Ce livre n'est pas simple car je pense qu'il doit être lu et relu, offert et lu encore, parce qu'il offre beaucoup d'allusions. Il ne donne pas de clef aux peurs, aux peines, aux deuils, si ce n'est que la vie reprendra son cours et qu'elle est faite de promesses, de rêves, de flux et de reflux... de mémoire mais aussi de passion.

© Hélène DORION et Janice NADEAU/Les 400 coups

Les illustrations de Janice NADEAU offrent une fraicheur, une lecture enfantine mais pas dénuée de sens aux allusions et désillusions. Les aquarelles sont magnifiques, fines et ensoleillées. Elles donnent aussi un autre sens à l'écrit et permet de voir de l'espoir. Le texte, ainsi paré, peut s'offrir aux nouvellement parents comme aux enfants.

Pour vous faire une idée, je vous incite à lire le billet de Clarabel et du ressenti de sa pitchoune

Aucun commentaire:

Publier un commentaire