mercredi 2 juin 2010

Super (- super) gloupi

© Edward VAN DE VENDEL et Fleur VAN DE WEEL/ Être

Il a suffit que je m'intéresse aux éditions Être pour que cet auteur que je connais pourtant pour "Un million de papillon" illustré par Carll CNEUT... et après pour "Petit lapin stupide" illustré par Gerda DENDOOVEN pour que j'ai envie de suivre quelques autres propositions. Et que ne fut pas ma surprise de découvrir des poèmes en prose, frais et pour enfants, qui mériteraient de faire partie de toutes lectures redondantes, au sens positif du terme (pour prévenir un dysfonctionnement) et dans notre cas pour pérenniser une douceur de vivre. J'avais expliqué là en quoi je recherchais une transmission des lectures jeunesse et j'aimerais vraiment partager aussi (si accord) ce ton humoristique tendre et intelligent avec notre lutin, en faire une référence. © Edward VAN DE VENDEL et Fleur VAN DER WEEL/ Être

"Super gloupi" et "Super super gloupi" de Edward VAN DE VENDEL et illustrés par Fleur VAN DER WEEL sont de vrais petits bijoux. Chaque recueil propose 51 et 49 petites histoires, de la poésie de vie. Gloupi est un poisson dans un bocal mais ce ne sont pas ses histoires, il s'agit bien de celles de son propriétaire, un petit chien en maillot marin, coquin, taquin et curieux.
Le langage est précis, le vocabulaire parfois pointu, les histoires sont intelligentes et quelque fois un peu philosophiques. Alors pour certains ce serait une lecture adolescente et adulte. Mais ce serait dommage car là, ce petit chien nous propose la vie à hauteur de Tom pouce et des préoccupations de petit garçon avec une philosophie d'adulte.© Edward VAN DE VENDEL et Fleur VAN DER WEEL/ Être

Des activités en plein air et de l'émerveillement autour de la nature ("La neige dépose un flocon dans mon oreille. Trop facile de glisser de nouvelles pièces dans la machine!"), © Edward VAN DE VENDEL et Fleur VAN DER WEEL/ Être

des bêtises assumées où les ustensiles du quotidien changent de fonction, © Edward VAN DE VENDEL et Fleur VAN DER WEEL/ Être

des détails d'une vie d'enfant qui prennent un air d'autre monde ("on entend les ascenseurs. Ils soufflent et respirent. J'entends leurs chants tristes, graves et lents de baleines captives."). Entre les histoires, une philosophie de vie, quelques ironies: © Edward VAN DE VENDEL et Fleur VAN DER WEEL/ Être

piquer à la fourchette les bruns et blondes qui cuisent au soleil, être heureux d'avoir de l'argent de poche encore à son âge quand l'homme assis mendie dans la rue sans que personne ne le voit. Et puis il y a aussi toutes les petites et grandes émotions (être malheureux d'une dépouille de merle sans sépulture) et une vision de la vie et de la vieillesse.
Un délice de lecture!!! Je vous mettrais une ou deux histoires plus tard.

Mais ces petites scènettes ne seraient rien sans les illustrations de Fleur VAN DER WEEL. Elles apportent un pendant à l'action, une manière de constater ce qui se passe vraiment quand les mots, eux, rappellent une vision d'enfant. Et puis ce chien a une gueule, une esthétique, il est lui-même très drôle avec pourtant si peu de traits de la face (visage). J'aime aussi beaucoup le parti-pris de ne montrer que l'action et d'opter pour une bichromie... le chien toujours noir, le décor noir et blanc et le détail de l'histoire surligné par une couleur. Verte pour le premier recueil (Super gloupi) et bleu pour le second (Super super gloupi).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire