dimanche 13 février 2011

Le Prix Landerneau 2011 a été décerné


Cette année encore, j'ai eu le privilège d'être contactée pour la remise du Prix Landerneau. Il s'agit d'un petit prix littéraire qui monte: les espaces culturels LECLERC en sont à leur 4ième édition et c'est vrai que, chaque année, les découvertes en romans français de la saison sont intéressantes.
D'un autre côté, le fait qu'il s'agisse du travail de sélection de libraires/lecteurs apporte une panoplie de lectures belle, très sensible et argumentée. L'objectif du prix est de mettre en avant des auteurs encore peu connus et de leur offrir une visibilité autre que saisonnière. Les sujets sont aussi très ancrés, actualité ou faille de l'humanité.
Grâce à ce prix j'ai eu le plaisir de découvrir des auteurs que je souhaite suivre: Jérôme FERRARI (et dire que je n'ai pas encore parlé de lui!) et Tatiana ARFEL (même si je n'ai pas l'humeur pour lire son 2nd livre sur la violence de l'entreprise), entre autres.

Cette année les sélectionnés étaient nombreux:
"La blessure la vraie" de François BEGAUDEAU
"Une lointaine Arcadie" de Jean-Marie CHERVRIER dont je parle là
"Samba pour la France" de Delphine COULIN
"Tu verras" de Nicolas FARGUES dont je parle ici
"Les hommes sirènes" de Fabienne JUHEL dont je parle là
"Un homme ébranlé" de Pascale KRAMER
"L'homme de Lyon" de François-Guillaume LORRAIN
"Une langue venue d'ailleurs" de Akira MIZUBAYASHI dont je parle bientôt
"Les champs de Paris" de Yann SUTY
"Corps mêlés" de Marvin VICTOR
"Le Barbaresque" de Olivier WEBER


Le jury, composé de libraires des établissements E.LECLERC, de Monsieur Michel-Edouard LECLERC et présidé par le médecin romancier, Jean-Christophe RUFIN, a choisi "Samba pour la France" de Delphine COULIN. "Le jury a été particulièrement séduit par la double dimension, à la fois littéraire et humaine de ce roman." En effet, le livre est engagé. J'aime cette prise de position très conforme à la vocation du président. Et comme chaque année, le lauréat est un livre que je n'ai pas encore lu.
De mon côté, j'ai eu d'autres coups de cœur : FARGUES en premier, CHEVRIER... puis JUHEL et MIZUBAYASHI. Quatre livres qui m'ont beaucoup interpellée et j'aime cela.
Et quel plaisir de pouvoir parler de cette pertinence de l'éducation avec Mr FARGUES, conversation trop courte malgré la grande disponibilité de cet auteur. Merci encore.

La remise du prix s'est faite à la Maison de l'Amérique latine, toujours aussi belles pièces et bon buffet. Malheureusement le changement de saison de la sélection ne nous a pas permis d'aller dehors. Et il manque encore, à mon goût, les livres. Aucune page écrite, aucun livre ouvert, aucune possibilité de partager un extrait même si quelques auteurs s'étaient déplacés.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire