lundi 18 mars 2013

Au coeur du labyrinthe


"Le jour pénétrait en effet par une ouverture suffisamment large pour laisser passer le corps d'un adolescent, mais pas le front crépu et cornu de l'homme à la tête de taureau. La course du soleil dans le ciel et celle des nuages dispensaient une clarté changeante, seul élément mouvant dans cet univers d'immobilité sépulcrale."
(extrait de "Le rêve d'Icare" de Jen-Côme NOGUES et illustré par Hippolyte)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire