vendredi 8 avril 2016

L'économie est un jeu d'enfant

J'ai beaucoup de mal à parler d'un livre que je n'ai pas fini. La lecture étant offerte par une opération littéraire, voici dons une très légère mise en bouche. (où comment se piéger seule sur un sujet inconnu).


"L'économie est un jeu d'enfant" de Tim HARFORD part d'un beau parti-pris: nous faire comprendre, à nous néophytes, les processus économiques. Sur le papier, c'est parfait. Dans ce grand pavé, deux livres sont rassemblés: "L'économie est un jeu d'enfant" et "L'économie est vraiment un jeu d'enfant, ou Comment gérer ou ruiner une économie". Pour être honnête je n'ai lu que le premier (la première partie du présent ouvrage). Le livre est une vulgarisation économique mais demande tout de même de la patience à la lecture.

La première partie décrit de la micro-économie. Le prix d'un loyer, d'un café, de produits au supermarché, de l'essence, des banques. A chaque fois, l'auteur explique comment le prix est posé  et nous dévoile la force de la rareté, l'élément marginale, la situation efficace et celle la meilleure en terme économique (soit une situation où une amélioration pour au moins une personne sans nuire à personne peut être envisagée). Il nous décrit aussi les bénéfices, l'arnaque possible du client et d'autres choix possibles comme la taxe d'externalité pour les automobilistes. D'autres éléments prennent là une valeur économique: l'environnement, l'assurance maladie. Puis la Chine ou le Cameroun montrent par l'exemple les choix économiques tenus sur un pays, le second avec la théorie de l'effort maximum et l'idée d'un "intérêt" pour le banditisme fixe géographiquement.
Les théories économiques expliquent les marchés, la logique pas forcément équitable, les choix effectués et aussi une certaine forme de jeu.

Sur les prix d'un produit qui changent d'un marché à l'autre pour des raisons de "fuite économique":
"L'histoire est peut-être aussi simple que ça: quand c'est un produit important comme le traitement contre le sida, l'essentiel est de le fournir aux pauvres; quand c'est un objet aussi banal qu'un DVD, c'est l'agacement à l'idée d'être roulé qui domine. Pourtant ça ne colle pas vraiment: les DVD arrivent dans des régions très pauvres, et nous devrions être contents que les pauvres puissent regarder des films dans les bars et les salles des fêtes du monde en développement. Ou au contraire, ne devrions-nous pas nous indigner davantage que les compagnies pharmaceutiques vendent des traitements essentiels à des prix exorbitants dans les pays développés? Un économiste ne peut résoudre ces énigmes éthiques, mais l'économie peut mettre à plat pour que la question éthique devienne au moins plus claire."

La seconde partie appréhende la macro-économie. Avec un dialogue entre un lecteur lambda et l'auteur, conseiller, semble reprendre des notions élémentaires comme le PNB, le chômage, l'inflation. Malheureusement je n'en suis pas encore là.

Le livre est didactique. Pas à pas avec énormément d'exemples, en partant de notre quotidien à tous, l'auteur décrypte les faits économiques avec de nombreuses références, théories des économistes et essais. Cet ouvrage mérite d'être lu (et relu) ne serait-ce que pour l'apport de questions de bases et d'une histoire économique du 20ième et 21ième siècles.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire