jeudi 10 décembre 2015

Les oiseaux seront nombreux et la mer retirée - Falaises

*source Michelle MORIN

"Cette vie ne m'a guéri de rien, elle était juste possible, quand aucune autre ne l'était, et surtout pas celle que je venais de quitter. C'était une vie de silence et de vide, d'absence et de présence aigüe aux choses, aux variations de la lumière, au mouvement immobile des eaux, aux parfums, à la texture de l'air. C'était une vie où enfin je trouvais une place, en retrait de toutes choses mais tranquille, un corps que l'on emplit d'air et d'embruns, un cerveau qu'occupent tout entier le bruit de la mer et du vent, la fréquentations des oiseaux. J'écrivais parfois. [...] Les années ont filé ainsi, je passais l'automne et l'hiver à sillonner les côtes, à me saouler de vent, à me perdre sur les sentiers, à mâchonner des herbes et à dormir dans les rochers, à boire du whisky tandis que l'air me rabotait la peau, à écrire des lives qui paraitraient six mois plus tard."

(extrait de "Falaises" d'Olivier ADAM, Points éditions de l'Olivier)
...

Oui encore un extrait, je ne sais pas parler des romans en ce moment. Pourtant j'aimerais, de celui-ci comme d'autres... en attendant voici ce qu'en dit Lily ici.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire